Gènes GLRA1, GLRB et SLC6A5

Également connu sous le nom de : Maladie familiale du sursaut ; Réaction de sursaut exagérée ; Syndrome du bébé raide ; Syndrome de l’homme raide, Syndrome de la personne raide congénitale ; Maladie de Kok

OMIM#149400 https://omim.org/entry/149400

OMIM#614619 https://omim.org/entry/614619

OMIM#614618 https://omim.org/entry/614618

1. La maladie

L’hyperekplexie héréditaire (HPX), une maladie neuronale héréditaire causée par des défauts génétiques entraînant un dysfonctionnement de la transmission inhibitrice glycinergique, se caractérise par des réactions de sursaut exagérées à des stimuli sensoriels inattendus et par une raideur. Il est essentiel d’établir un diagnostic correct à un stade précoce afin de pouvoir mettre en place une prise en charge adéquate pour soulager la raideur et réduire le risque de complications, telles que l’apnée potentiellement mortelle pendant les épisodes de raideur.

2. Les symptômes

L’HPX, une maladie rare et sous-diagnostiquée, se manifeste immédiatement après la naissance et s’améliore généralement avec l’âge. L’absence de signes ou de symptômes précoces n’exclut pas le diagnostic.

L’hyperekplexie héréditaire se manifeste peu après la naissance par de violentes secousses au bruit et au toucher, un raidissement massif et durable du tronc et des membres, des poings serrés et des crises de tremblements à haute fréquence.

Les nouveau-nés sont exposés au risque de mort subite du nourrisson en raison d’un laryngospasme et d’une défaillance cardio-respiratoire.

Les crises de raideur peuvent ressembler à des crises d’épilepsie, bien que le sommeil puisse réduire ou même abolir la raideur et les secousses et que l’EEG soit normal.

Dans les mois qui suivent la naissance, la raideur musculaire s’atténue, mais les secousses excessives dues à la stimulation externe ou à l’excitation persistent. Les étapes motrices sont souvent légèrement retardées, mais le développement intellectuel est généralement normal. Les enfants atteints marchent tout petits et cherchent souvent à se faire aider ou à se faire tenir. Les troubles de la marche augmentent lorsque l’enfant est pressé ou forcé. Un trébuchement ou une secousse inattendue peut provoquer des chutes incontrôlées ( » comme une bûche « ) avec un risque de blessures graves.

Les patients présentant des mutations SLC6A5 étaient significativement plus susceptibles d’avoir eu des apnées infantiles récurrentes que ceux présentant des mutations GLRA1. Les patients présentant des mutations GLRB et SLC6A5 étaient plus susceptibles d’avoir un retard de développement que ceux présentant des mutations GLRA1.

3. Mesures à prendre en cas de diagnostic précoce

  • L’HPX est une maladie qui dure toute la vie et qui nécessite une prise en charge à vie et un suivi régulier dans un centre de neurologie pédiatrique. La prise en charge est assurée par une équipe multidisciplinaire.
  • Le clonazépam est le traitement de choix de l’HPX. La raideur pendant la période néonatale et la raideur liée au sursaut diminuent avec le traitement. Les doses quotidiennes suggérées sont de 0,01 à 0,1 mg/kg pour les enfants et de 0,8 mg/j pour les adultes.
  • D’autres médicaments, décrits principalement dans des rapports de cas, ont donné des résultats variables : carbamazépine, clobazam, phénytoïne, diazépam, valproate, 5-hydroxytryptophane, piracétam et phénobarbital.
  • Chez la plupart des patients, la peur de tomber et la démarche du bambin se normalisent à l’adolescence. Cependant, les sursauts brusques et les secousses à des stimulations inattendues persistent toute la vie, et une minorité de patients souffrent d’une anxiété phobique à l’idée de traverser des espaces ouverts et d’un trouble de la démarche incertaine et hésitante.
  • Une thérapie physique et cognitive visant à réduire la peur de tomber et donc à améliorer la marche peut être envisagée ; aucun essai randomisé n’a évalué l’efficacité d’un tel traitement.
  • Les crises de cyanose tonique néonatale peuvent être stoppées par la manœuvre de Vigevano, qui consiste en une flexion forcée de la tête et des jambes vers le tronc.
  • Un conseil génétique doit être proposé aux membres de la famille à risque.

4. Pour plus d’informations

Orphanet: https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/Disease_Search.php?lng=EN&data_id=2862&Disease_Disease_Search_diseaseGroup=Hereditary-Hyperekplexias-&Disease_Disease_Search_diseaseType=Pat&Disease(s)/group%20of%20diseases=Hereditary-hyperekplexia&title=Hereditary%20hyperekplexia&search=Disease_Search_Simple

Biblio: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK1260/